Le Togo comme la plupart des autres pays de la sous-région a subi le coup de la récession avec presque la même situation socio-économique difficile, caractérisée par un fort taux de chômage en milieu urbain, une détérioration du cadre de vie et une nette dégradation des infrastructures de transport.

C’est dans ce contexte que l’Etat Togolais a délégué, par le biais du Ministère chargé de l’Equipement, la maîtrise d’ouvrage à l’agetur-Togo qui a été créée pour la circonstance le 21 avril 1994, et ce dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement Urbain (PDU) de Lomé, financé par l’Association Internationale pour le Développement (IDA) pour un montant équivalent de plus de 15 milliards de FCFA.

Cette délégation de maîtrise d’ouvrage passe par le Secrétariat Technique du Comité de Coordination (STCC), qui est un organe d’exécution du Comité de Coordination pour la Gestion Urbaine (CCGU). Le processus de mise œuvre des projets d’agetur-Togo est annexé au présent document.

Depuis sa création à ce jour, l’agetur-Togo s’est donnée pour principal objectif d’être l’instrument privilégié de l’Etat Togolais, des collectivités locales ou de toutes personnes physiques ou morales pour la mise en œuvre des projets de développement. Pour réussir sa mission, elle s’est assignée 5 obligations statutaires à savoir :

  • encourager par l’exécution des programmes de travaux urbains d’intérêt général dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, la création d’emplois pour la main d’œuvre de toutes qualifications par l’application du principe des Travaux Urbains à Haute Intensité de Main-d’œuvre (TUHIMO) ;
  • faire exécuter les travaux en priorité par les Petites et Moyennes Entreprises (PME) locales du BTP (y compris les cabinets d’architectes et les bureaux d’ingénieurs-conseils) ;
  • améliorer à travers l’exécution des programmes de travaux d’intérêt général le savoir-faire de la main d’œuvre locale employée et la compétitivité des entreprises chargées de la réalisation des chantiers ;
  • démontrer la possibilité d’élargir le champ d’exécution des programmes de travaux urbains par la prestation rémunérée pour le compte des tiers en qualité de maître d’ouvrage délégué ; et
  • exécuter des travaux dont le résultat sera économiquement et socialement utile.

L’agetur-Togo est donc une association, créée selon la loi de 1901, autonome et fonctionnant comme une société privée à but non lucratif ; elle est dotée d’une structure souple constituée de professionnels pluridisciplinaires de montage et de gestion des projets. De 4 personnes en 1994, l’équipe comprend aujourd’hui en tout 17 agents dont 7 cadres qui assurent le fonctionnement efficace et transparent des dossiers ayant permis de parvenir aux résultats reconnus par tous.

La gestion et le fonctionnement de l’Agence sont régis par un manuel de procédures qui en décrit les différentes étapes.

Elle a permis également de résorber dans le délai requis les crédits alloués en contournant les procédures lourdes et inefficaces de l’Administration, par l’accélération des procédures de passation des marchés, par la transparence et par l’exécution rapide des travaux par des Petites et Moyennes Entreprises (PME) qui bénéficient d’un paiement rapide de leurs décomptes.

Les résultats obtenus, 6 ans après, démontrent que les objectifs de base ont été globalement atteints. L’Agence a énormément contribué, grâce à la mise en œuvre des Travaux Urbains à Haute Intensité de Main-d’Oeuvre (TUHIMO) à l’atténuation du chômage en milieu urbain et à la réduction de la pauvreté par la création d’environ 75 237 hommes mois et 41 418 emplois créés pour plus de 2 milliards de FCFA versés au titre des salaires.

Ces résultats sont obtenus grâce aux contrôles permanents réalisés par les maîtres d’ouvrage et les bailleurs de fonds. La garantie de transparence passe par des audits techniques et financiers de chaque projet effectués par des experts étrangers dont les rapports sont soumis périodiquement pour examen et approbation aux maîtres d’ouvrage, aux bailleurs de fonds et au Conseil d’Administration, ainsi que les rapports d’activité trimestriels.

Les frais de gestion et de fonctionnement de l’agetur-Togo sont assurés uniquement grâce aux honoraires qui sont de l’ordre de 4,5 ou 5 % qu’elle perçoit sur les travaux qu’elle fait exécuter.

L’agetur-Togo ne devrait pas fonctionner uniquement avec des fonds extérieurs, mais aussi avec des fonds de l’Etat qui pour le moment vont aux directions opérationnelles de l’Administration.

C’est dans cette optique que, pour accélérer l’exécution des projets dans la transparence, la rapidité et par priorité, nous convions les Maîtres d’ouvrage tels que les Ministères, les Municipalités, toutes personnes physiques ou morales, les structures importantes (portuaires, aéroportuaires, industrielles) à déléguer leurs crédits à l’agetur-Togo qui a fait ses preuves à travers les nombreux projets réalisés.

Cette philosophie se traduit par des procédures performantes, rigoureuses et transparentes dans la réalisation des travaux d’intérêt collectif, un rapport novateur avec les PME-PMI et un important volet social destiné à agir sur l’emploi et à obtenir une participation active des bénéficiaires à l’identification des projets, puis à l’entretien des ouvrages réalisés.